02/10/2014

Devenez reporter autour du monde pour la saison 2 de New CITYzens !

Vous êtes passionné par le social business et l’économie collaborative ? Vous aimez la photo et la vidéo ? Vous avez envie de lancer votre propre projet entrepreneurial tout en étant encadré par une structure ? Vous rêvez de voyager, partir à l’aventure et n’avez pas encore osé le faire ?  Les lignes qui suivent devraient vous intéresser. New CITYzens lance le recrutement de nouvelles équipes « Reporters autour du Monde » pour 2015 !

 

 

TEMPLATE COM° RECRUTEMENT_EXTERNE.jpg

 

SAISON 2, DÉCOLLAGE IMMINENT !

 

Après avoir vu un premier binôme partir à la rencontre de 26 projets, New CITYzens lance sa « saison 2 » : nous recherchons donc de nouvelles équipes composées de 2 à 4 personnes, pour partir dès l’été 2015, pour une durée de 6 mois à 1 an, réaliser une nouvelle série de reportages autour du monde.

 

Assistées par l’association tout au long de leur préparation, les équipes sélectionnées mèneront leur projet de A à Z comme de vrais entrepreneurs : montage du dossier de sponsoring et recherche de partenaires, identification des entrepreneurs, préparation des rencontres et des interviews, communication et partage de leur aventure sur les réseaux sociaux…

 

N’hésitez pas à aller sur notre site web www.newcityzens.com pour en savoir plus sur New CITYzens et pour découvrir ce qui pourrait bien être votre prochain défi pour les mois à venir !

 

ENVIE DE VOUS LANCER ?

 

Alors intéressé(e) ? Composez votre équipe, complétez ce dossier de candidature (lien de téléchargement des éléments) et rejoignez notre communauté des New CITYzens reporters !

 

Rappel de la date limite de dépôt des candidatures : 29 OCTOBRE 2014 

 

 

23/01/2014

Citadins engagés contre la déprime en ville…

Pollution, embouteillages, manque d’espaces verts, dépendance alimentaire, insécurité… les défis actuels auxquels les villes doivent faire face sont souvent nombreux. Parmi ceux-ci, on peut en citer un tout à fait majeur et dont on ne parle peut-être pas assez : la mauvaise humeur citadine. En effet, les dits « citadins » – en particulier dans les grandes villes - sont souvent assimilés à des individus égoïstes, stressés et souvent excédés par le moindre retard ou la moindre contradiction. Dans les transports publics, dans leurs voitures, au détour d’une rue ou à la terrasse d’un café, qui n’a pas croisé cet être « speedé » et bougon qui tente de survivre dans la terrible jungle urbaine.

Quelques jours après le Blue Monday du 20 janvier dernier – supposé être la journée la plus déprimante de l’année -, il était temps de partir à la recherche des petites initiatives d’ici et d’ailleurs qui viennent redonner le sourire à l’homo urbanus et retisser du lien entre les habitants des mégalopoles.

A Berlin, le dimanche c’est karaoké géant

art-Berlin-Bearpit-Karaoke-2-420x0.jpg1er stop à Berlin. Depuis 2009, Joe Hatchiban croit au pouvoir de la chanson et, plus particulièrement, du karaoké en public, pour rendre les gens heureux et leur permettre de se retrouver le temps d’un concert improvisé. Ainsi, chaque week-end, il se rend dans l’un des parcs les plus célèbres de la capitale allemande, Mauerpark, et y installe, sur une place qui se transforme vite en véritable scène, enceintes et micros pour les apprentis chanteurs de la journée. Dès l’installation terminée, son plateau est rapidement pris d’assaut par les nombreux « volontaires » qui, le temps d’une chanson, viennent réaliser  leur rêve de pousser la chansonnette en public et de faire vibrer leurs fans comme les plus grands. Véritable institution désormais à Mauerpark, le « Bearpit Karaoke » offre ainsi chaque fin de semaine un spectacle unique sur scène et dans les gradins.

A Montréal, des « happenings » donnent des couleurs à la ville

L’expérience du karaoké en plein air, l’agence « Daily tous les jours » de Montréal, l’a aussi plébiscitée21-balancoires-qui-cree-de-la-musique.jpg dans le cadre des nombreuses initiatives qu’elle met en place pour changer le quotidien de la ville québécoise. En effet, cette agence multiplie les « happenings » pour transformer l’espace public pour le plus grand plaisir des Montréalais. Karaokés collectifs, bulles de silence, balançoires musicales dans les rues, radio géante jouant de la musique folklorique québécoise… ces réalisations qui combinent technologie, design et créativité, connaissent un véritable succès et donnent de vraies pistes de réflexion pour appréhender les lieux publics d’une autre manière.

Quand New York devient un grand terrain de jeu

0.jpgA quelques centaines de kilomètres au Nord, la bouillonnante cité new-yorkaise est aussi devenu le lieu d’expression d’un de ces citadins agitateurs de zygomatiques. Il s’agit de Charlie Todd et de son collectif « Improv’ Everywhere » (i.e « Améliorer partout »). Leur motivation : créer le chaos et la joie dans les espaces publics grâce à des performances surprises, impliquant des dizaines voire des centaines d’acteurs amateurs bénévoles. De Times Square à Grand Central Terminal en passant par les couloirs du métro new-yorkais, Charlie et son collectif font de Big Apple – et d’autres villes aux Etats-Unis - un incroyable terrain de jeu où ingéniosité, motivation et grand délire ont déjà permis de réaliser plus de 100 « actions terrains » depuis 2001. A leur tableau de chasse : un record de « high five » dans les escalators du métro, Times Square à l’envers ou encore un orchestre philarmonique en plein carrefour à la disposition de passants chefs d’orchestre.

Un peu d’amour dans ce monde de brut

0707-This-is-a-good-kiss-spot-1.jpgAlors oui, nos citadins veulent s’amuser… mais, pour être tout à fait heureux, ils veulent également être aimés. Et pour cela, notre dernier personnage, l’artiste italien 0707, a sa propre idée. Ainsi, afin d’aider nos amoureux transis ou ceux qui souhaiteraient déclarer leur flamme, il s’est rendu dans des dizaines de villes à travers le monde pour y dénicher les lieux les plus romantiques et les plus insolites pour y partager un baiser avec son être aimé. Après avoir identifié l’endroit, il y place simplement une plaque avec la mention « This is a good kiss spot ». Une alternative originale aux traditionnels bancs publics. Une idée géniale pour échapper, pour quelques instants, au tumulte de la ville .

 

Une belle manière en tout cas pour nous de boucler ce rapide périple à la rencontre des petites gouttes d’eau rafraichissantes qui adoucissent la vie en ville.

 

24/09/2013

La coloc’ intergénérationelle, un nouveau tube pour la rentrée ?

La rentrée de septembre est un moment particulier dans l'année. Période de pleine effervescence, elle ne revêt cependant pas la même signification selon les générations. Retour à l'école pour les plus petits, au travail pour leurs parents... chacun vit sa "rentrée des classes" à sa manière. Pour les étudiants et les personnes âgées, en particulier, cette période peut s'avérer quelque peu compliquée...

Une précarité "logement" grandissante chez les étudiants

Le mois de septembre est synonyme de marathon voire de galère pour les étudiants. Il faut préparer l’année à venir et, pour certains jeunes, réussir à trouver un logement loin de chez papa et maman. Depuis plusieurs années, avec la flambée des prix dans l’immobilier, l’exercice est devenu de plus en plus périlleux et pour de nombreux étudiants, la location d’un logement – ajouté au coût de la vie en général - est quasiment devenue mission impossible, sans l’obtention d’un petit boulot.

Solitude et dépendance... une situation difficile pour de nombreuses personnes âgées

En ce même mois de septembre, en revanche, on parle beaucoup moins des personnes âgées et de leur solitude. En effet, les grandes chaleurs de l’été paraissent bien loin, tout comme les discours des médias qui ont cessé depuis des semaines de nous parler de cette solidarité nécessaire envers les personnes âgées en période de canicule. Cependant, leur situation d’abandon est préoccupante, en particulier lorsque l’on tient compte du vieillissement en cours de la population. Ainsi, en France, 15 millions de personnes sont à la retraite et il n’existe aujourd’hui qu’1 million de places en maison de retraite pour les accueillir. Et même si seulement 30% d’entre eux seront réellement dans une situation de totale dépendance, que faire des 70% qui resteront chez eux, seuls ?

La colocation intergénérationnelle, un dispositif unique pour aider deux générations

Face à cette situation, Typhaine de Penfentenyo décide de mettre en œuvre un seul et unique projet susceptible de répondre à ces deux enjeux. Nous sommes en 2006 et elle lance Ensemble2Générations : une association proposant de mettre en colocation étudiants et personnes âgées. La création de ce système innovant naît de constats simples. Les personnes âgées disposent souvent dans leur appartement d’une chambre libre que celles-ci peuvent prêter. Les étudiants, eux, peuvent apporter une présence rassurante et gaie au sein de la colocation. En mettant en place, une colocation intergénérationnelle, Typhaine pense ainsi pouvoir répondre à trois défis sociétaux majeurs : la solitude des personnes âgées, la précarité des étudiants mais aussi la perte de liens intergénérationnels.

Sur la base de ces convictions, Typhaine passe rapidement à l’action et conçoit son modèle. Trois formules sont proposées : le logement gratuit avec engagement de présence le soir auprès du senior, le logement économique avec engagement de présence régulière et partage de tâches, et enfin le logement avec loyer sans aucun engagement de la part de l’étudiant. Quelle que soit la formule choisie, la durée de la colocation est d’une année scolaire, renouvelable bien entendu si nécessaire et souhaité.

Un système vertueux couronné de succès

En 7 ans, Typhaine et son équipe ont ainsi constitué plus de 900 binômes. Les témoignages sont unanimes : pour les étudiants cette année de colocation est un apprentissage de vie et une année privilégiée, 100% dédiée aux études sans soucis financiers - pour les seniors, c’est une année de compagnie joyeuse et rassurante. Face à ce succès, Typhaine de Penfentenyo et ses équipes ont conçu un kit de duplication permettant d'étendre le système à toute la France. On trouve ainsi aujourd'hui 15 antennes régionales dans le pays.

Et cette diffusion ne semble pas vouloir s'arrêter là. Le modèle, en effet, est en train de franchir les frontières. Ainsi, le 13 novembre 2012, Typhaine de Penfentenyo a reçu le premier prix de l’année européenne 2012, catégorie « Entrepreneurs sociaux ». Et paraît-il, une collaboration avec le Japon est également envisagée !

Alors, la coloc’, ça vous tente ?

Pour découvrir ce projet et sa fondatrice plus en détails, nous vous invitons à vous rendre sur notre site web, sur la page projet de Ensemble2Générations : http://bit.ly/157rkC2 - Au menu, vidéos, photos et interviews afin de tout voir et tout savoir !